Accueil » Archives de presse 2005

Archives de presse 2005

LA FACEEF SATISFAITE DU PLAN INTÉGRAL POUR LES ESPAGNOLS A L’ÉTRANGER ANNONCE PAR LE LE MINISTRE JESUS CALDER

Le Conseil National de la FACEEF, à sa réunion du  19 avril, a évalué très positivement l’intervention du Ministre du Travail et des Affaires Sociales, après avoir inauguré le Centre de jour « Cristino García » de la Plaine Saint Denis et après s’être engagée à appuyé son développement ainsi que les améliorations de ses services, ce dernier a annoncé la mise en place d’un plan intégral en faveur de l’émigration. Un point de vue objectif qui coïncide pleinement avec les établissements que les membres de la Fédération ont récemment soumis au Directeur général de l’Émigration, Jesús Romain Copa Novo, dans l’interview qu’il leur avait accordé, à propos de sa visite aux installations de la Plaine Saint Denis.

En effet, si la FACEEF s’est lancée en plein dans un projet aussi ambitieux il n’est pas seulement limité par la Plaine Saint Denis, mais considère cette expérience comme point de référence pour d’autres lieux, dans lesquels les émigrants espagnols connaissent des nécessités similaires, fondamentalement générées par l’isolement et le manque de contact avec sa culture d’origine. Ainsi, des zones comme celles de Marseille, de Perpignan, de Toulouse, de Montpellier, de Béziers, de Villeurbanne, de Lyon, de Strasbourg, de Bayonne, etc., où des communautés importantes espagnoles résident par son nombre, ont à être occupées, traitées d’une manière est égale. Cela ne signifie pas qu’il faut tout reproduire à l’identique, mais, au moyen de l’appui, avec le financement aux associations et en les dotant de plus grands moyens matériels et professionnels, peuvent être créés des énergies qui permettent le développement d’une politique dynamique d’attention envers nos ainés.

 


L’action du bénévolat doit être secondée par l’intervention de professionnels spécifiques

A ce sujet la FACEEF est particulièrement claire sur l’importance du travail des volontaires associatifs et ce dans beaucoup d’aspects indispensables. On ne peut pas faire un travail de la qualité en centres de jour sans l’intervention des professionnels. Les infrastructures comme la présence d’un médecin qui pratique la médecine préventive et conseille sur les modes de vie qui convient à chacun; des animateurs socioculturels qualifiés, dotées des qualités pour favoriser la communication entre les personnes, avec différentes propositions (culturels, loisirs, fêtes, etc.); la disponibilité d’un système logistique qui permet de faire face aux problèmes que les personnes peuvent avoir, comme les accompagner à l’hôpital en cas d’accident. Ce doit être l’une des aspirations de ces centres.

Par ailleurs, le bénévolat soutient la fédération, les investissements qui sont réalisés à ces centres doivent être conçus depuis une perspective d’économie d’échelle ce qui signifie qu’ils doivent irradier ses activités vers des zones géographiques proches, afin que les utilisateurs potentiels ne soient pas déçus.Ces centres doivent être dotés d’un réseau de transport qui reprend les utilisateurs qui ont le plus de difficultés pour se déplacer et les ramener à nouveau, à leur domicile, ou un lieu proche de ce dernier.

 


Finaliser les travaux de Villeurbanne, et ouvrir une concertation, avec le Mouvement associatif pour une politique globale envers nos ainés en France.

La FACEEF a confiance après le plan annoncé par le Ministre, la logistique nécessaire se met en place pour entreprendre les travaux de conditionnement du futur centre de Villeurbanne comme l’avait annoncé le Directeur général de l’émigration. Il vaut mieux faire des déclarations de principe et de bonne volonté, si les fondations sont posées tout de suite aux projets qui sont déjà définis et approuvés. Sur les rôles dans le reste des zones, la FACEEF dit qu’elle va proposer une réunion avec le Ministre, pour établir un dialogue sur cette question. Il y a des nombreuses zones où pourraient s’ouvrir à court terme, des centres avec des prix relativement bas puisqu’il existent déjà des locaux qui pourraient les accueillir. Définir des stratégies pour les zones où les facilités ne sont pas les mêmes, mais pour lesquelles il faut aussi trouver des solutions adéquates. Ce qui résulte en définitive c’est de ne pas mettre au point la question des ainés comme un problème, mais comme un facteur extrêmement positif pour la société, puisque ceux-là sont dotés d’une maturité et d’une expérience, à laquelle toute la société peut être réceptive . Les discussions qui sont faites autour du Statut, ne peuvent favoriser d’avantage la réalisation de ces conclusions.

 


Le nouvel Ordre Ministériel qui règle les subventions, continue de discriminer les associations d’émigrants

Par ailleurs,  à la réunion que les membres de la FACEEF ont eue avec Copa Novo ont alertée l’administration espagnole, sur le fait que  l’ordre récent Ministériel qui règle les subventions aux associations d’émigrants espagnols, ne se détache pas dans l’essentiel des normes de l’administration antérieure. Ce dernier continue de définir des critères de financements qui sont discriminatoires par rapport à ceux qui s’appliquent aux associations de l’intérieur, puisqu’il est dans la continuité sans considérer l’aide pour le fonctionnement du mouvement associatif tel quel. De plus, une contradiction avec les déclarations que différents porte-paroles gouvernementaux vont faire tout ce qui leur ait pour la dynamisation du Mouvement Associatif. En définitive, les membres du Conseil, espèrent que, dans les proches textes, « cette inquiétude sera prise en compte, et que le Gouvernement offrira une fois pour toutes le même traitement à tous les Espagnols, indépendamment de leur lieu de résidence ».
Finalement il y a une FACEEF engagé à porter une réflexion avec le Conseil du travail qui conduit à faire des propositions sur le mode de financement.