Accueil » Casa de espana de Corbeil-Essonnes

Casa de espana de Corbeil-Essonnes

Histoire du producteur/Présentation de l’organisme :
La Casa de España de Corbeil existe déjà comme association étrangère avant sa création officielle en 1980. C’est en avril 1978, en effet, que l’association dite Amitié franco-espagnole est déclarée par son président ; son siège social est alors fixé à Vigneux, en Essonne (91). L’objet de ladite association est de « réunir des Français et des Espagnols pour des échanges culturels, des réunions sportives pour susciter les liens d’amitié franco-espagnole ».
La Casa de España de Corbeil existe déjà comme association étrangère avant sa création officielle en 1980. C’est en avril 1978, en effet, que l’association dite Amitié franco-espagnole est déclarée par son président ; son siège social est alors fixé à Vigneux, en Essonne (91). L’objet de ladite association est de « réunir des Français et des Espagnols pour des échanges culturels, des réunions sportives pour susciter les liens d’amitié franco-espagnole ».
A ses débuts, l’association était plutôt d’obédience communiste et comportait principalement des réfugiés politiques, des Espagnols. Parallèlement, l’association reposait déjà sur une organisation familiale pour faire la fête.
Progressivement, l’association perd tout caractère politique pour ne conserver qu’un esprit festif, familial et convivial. Dans les documents, la Casa de España de Corbeil est mentionnée pour la première fois dans un arrêté du ministre de l’Intérieur, daté du 30 avril 1980 et paru au Journal officiel du 24 mai 1980. L’association a pour objet des activités culturelles et son siège social est fixé à Villabé (91).
Dans ses statuts de 1989, l’association Casa de España de Corbeil comporte le même objet (art. 2) qu’à son origine et ajoute qu’elle « s’engage à ne pas avoir d’activité politique ou confessionnelle ». En revanche, le siège social est modifié est se situe désormais à Corbeil-Essonnes (91).
Enfin, la version de 1998 des statuts déplace encore le siège social mais celui-ci reste fixé dans la même commune de Corbeil-Essonnes.
Association apolitique mais culturelle, la Casa de España de Corbeil organise des activités variées afin de créer et d’entretenir les liens d’amitié franco-espagnole entre toutes personnes s’intéressant à la culture.

Présentation du contenu :
Quand la Casa de España de Corbeil a perdu son local permanent, vers 1995, ses archives ont alors été réparties entre ses membres. Une liste avait été établie mais elle s’est perdue depuis.
Aujourd’hui, une partie des archives a pu être récupérée et regroupée, soit l’équivalent d’une grosse caisse (env. 1 m.l.) qui fait l’objet du présent répertoire. Des documents associatifs restent certainement encore conservés chez des membres. Ainsi, le répertoire présenté, ci-après, ne s’avère ni complet ni définitif.
Les archives décrites, ici, couvrent une période allant de 1978 à 2003. Elles présentent ainsi la vie de l’association depuis sa création, au travers, notamment de sa gestion et de ses activités. Aucun document iconographique n’a pu être recensé, les photos existantes ayant été détruites.

Intérêt du fonds :
Ce fonds d’archives associatives permet de retracer, d’une part, l’histoire de la Casa de España de Corbeil depuis ses origines, de témoigner de son ancrage local au travers de ses activités mais aussi des liens qu’elle a su tisser avec les autres acteurs et partenaires du territoire local et, enfin, de refléter les interrogations contemporaines d’un groupe d’émigrés, mais pas seulement, ayant presque 30 ans d’existence.

Dates extrêmes :
1978-2003 (ouvert)

Importance matérielle :
env. 1 m.l. (pour la partie décrite).

Historique du traitement :
Dans le cadre du programme européen Equal  » lutter contre les discriminations et les inégalités face à l’emploi « , Génériques a développé un projet intitulé  » Former des médiateurs de la mémoire pour lutter contre les discriminations « . Fondée sur un partenariat national réunissant l’AEFTI, la FACEEF, le CRPVE et la BDIC, l’action de Génériques vise à contribuer à la formalisation d’une méthodologie dont l’élaboration passe, notamment, par la mise en place de journées de formation auprès d’acteurs associatifs sur la sauvegarde, la valorisation et l’exploitation des archives privées de l’immigration.
Après une première séance d’initiation aux techniques de l’archivistique et quelques échanges téléphoniques concernant la méthodologie à suivre, Virtudes ARBONNIER, a entrepris, d’une part, de mener une enquête auprès des membres de la Casa de España en vue de regrouper les archives dispersées et, d’autre part, de rechercher auprès des services publics administratifs des sources pouvant compléter les lacunes du fonds.

Instrument de recherche :
Répertoire détaillé, décembre 2007.

Supports particuliers :
Néant.

Langues :
Français, espagnol.

Lieux de consultation :
Prendre contact avec les responsables de l’association.

{Télécharger le dossier inventaire de la Casa España de Corbeil}