Accueil » Actualités FACEEF NATIONAL » newsletter « Une présentation de l’étude sociologique réalisée par la FACEEF et une Logique Simple »

newsletter « Une présentation de l’étude sociologique réalisée par la FACEEF et une Logique Simple »

La FACEEF, il a réalisée, en collaboration avec l’institut de recherche sociale, de Logique Simple, le spécialiste en thématique du vieillissement et du mauvais traitement des plus grandes personnes, une étude sociologique diplômée « l’Étude pilote des risques des mauvais traitements aux émigrants espagnols résidents en France de plus de 65 ans ».

La FACEEF connaît les situations économiques, sociales et sanitaires dans lesquelles beaucoup d’émigrants espagnols résidents se trouvent en France de plus de 65 ans. Ces situations se trouvent compliquées en général par le bas niveau de recettes(revenus) et de formation des plus grandes personnes, ainsi que par le manque de services existants d’appui. De la même façon, l’isolement social empêche l’accès aux personnes et les institutions qui peuvent les informer, conseiller et aider à « à vieillir bien ».

L’isolement et la solitude sont caractéristiques communes dans la majorité des cas de personnes appartenant à ce groupe d’émigrants espagnols d’âge avancé. Le manque d’intégration sociale augmente, naturellement, sa vulnérabilité et aussi les risques associés à la détérioration de sa santé, de la dépendance et du mauvais traitement.

Pour sensibiliser ce collectif, les professionnels de l’aide sociale et les institutions, sur l’importance de ce problème, la FACEEF, il a réalisée, en collaboration avec l’institut de recherche sociale, de Logique Simple, le spécialiste en thématique du vieillissement et du mauvais traitement des plus grandes personnes, une étude sociologique diplômée « une étude pilote des risques des mauvais traitements aux émigrants espagnols résidents en France de plus de 65 ans ».

Durant la journée organisée le vendredi 28 mars 2014 dans le siège de la FACEEF dans Le Plaine Saint – Denis (93), les résultats de cette étude se sont présentés.

Le Consul Général de l’Espagne a assisté à l’acte

Don Javier Conde de Saro, un Consul général de l’Espagne à Paris, a été présent sur-le-champ d’une ouverture présidé par Antonio Aliaga Hernández, président de la Fédération, qui a chaleureusement remercié les conférenciers et les participants son aide, et a rappelé les mesures prises pour la FACEEF, depuis une moitié des 1990, dans une relation à la problématique du vieillissement de la communauté d’émigrants espagnols en France.

Liliane Capelle, un adjoint au maire du conseil municipal de Paris et une conseillère municipale préposée de Plus grand et des relations intergénérationnelles, a honoré avec sa présence et a félicité la FACEEF pour ses recherches sur le mauvais traitement des plus grandes personnes, une problématique que selon elle, l’intérêt maximal mérite et sur laquelle trop de tabous existent encore.

Ignace Niño, un conseiller de travail de l’Ambassade de l’Espagne et Paca Tricio, directrice générale de l’Union Démocratique de Pensionnaires espagnols, ont aussi fait hincapié dans l’importance d’agir à un niveau administratif et institutionnel pour lutter contre ce problème social.

Comment le mauvais traitement est-il défini ? Comment s’identifie-t-il ?

La première intervention du matin, dirigé par Charlotte Song Abena, directrice de l’association Sillage (Saint – Denis), s’est concentrée sur les définitions de mauvais traitement contre les plus grandes personnes et sur l’identification de ses différentes formes. On a aussi étendu sur les actions que les services sociaux qu’il(elle) dirige dans la ville de Saint Denis, avec plus de 100 mille habitants(habitantes) de 80 différentes nationalités, développent dans cela une tâche délicate et si importante.

Les résultats de l’étude indiquent la nécessité d’agir avec diligence

Javier Álvarez, sociologue et directeur de Logique Simple, a présenté les résultats principaux de l’étude consistante dans deux dépêches(parties), l’une qualitative et autre quantitative et réalisé avec un groupe de plus grandes personnes du Centre Social « Maison de l’Espagne de la région parisienne », placé dans le Plaine Saint – Denis. L’étude qui sera publiée bref, lance une série de conclusions que permettent d’orienter les publiques politiques de l’État espagnol et français, mais aussi de l’asociacionismo, pour essayer de pallier les risques qu’ils(elles) guettent à une population qui par ses caractéristiques est beaucoup plus vieillie que la moyenne(bas) de la population générale. En effet, 33 % des Espagnols résidants en France ont plus de 65 ans alors que la moyenne(bas) dans la population générale est de 17 %

Comment intervenir depuis les pouvoirs publics et depuis la société civile ?

Ensuite, Gilles Garnier, un conseiller général du département de la Seine – Saint – Denis et Paca Tricio, directrice de l’Union Démocratique de Pensionnaires de l’Espagne, ont exposé les divers dispositifs juridiques et législatifs existants en France et en Espagne pour lutter contre les mauvais traitements et ont coïncidé(s’ont rencontrés) dans considérer le manque de recours(ressources) publics pour s’occuper de cette problématique de forme cohérente et efficace. Pour les deux, la prémisse de n’importe quelle intervention est celle-là de considérer la plus grande personne comme un citoyen(citadin), avec plénitude de droits et de devoirs, et non comme une charge pour la société.

La « Barrière du silence »
Un documentaire de Vanessa Batista, produit par la FACEEF

Finalement, pour clôturer la journée, le directeur de la FACEEF José Gabriel Gasó Cuenca, il(elle) a présenté différents outils développés comme dépêche(partie) de la campagne de la sensibilisation en relation avec le projet, et très particulièrement le documentaire « barrière du silence, le mauvais traitement des personnes les mieux immigrantes », dirigé par Vanessa Batista et produit par la FACEEF, qui a eu un accueil exceptionnel de l’auditoire. La notice d’information a été également distribuée aux participants « Agir contre le mauvais traitement des immigrants d’âge avancé » dans sa double version espagnole et française, dont l’objectif est de sensibiliser le public en général.

L’acte s’est terminé avec un échange nourri de pareceres et des idées, pour poursuivre cette action, qui est de se faire remarquer, elle a été financée par la Direction générale de Migrations, par le Conseil municipal de Paris, par le Département du Seine Saint Denis et par CIC Iberbanco

Mot(s)-clé(s) :